Archive

Category Archives for "Blog"

Devenir infirmière lorsque l’on est aide-soignante

Ce que vous allez apprendre aujourd’hui

  • Comment devenir infirmière
  • Tout sur l’examen d’admission

aide-soignante-devenir-infirmiere

Beaucoup d’aides-soignantes envisagent de devenir infirmières. Les raisons sont multiples. Envie d’évoluer par passion, avoir plus de reconnaissance, prendre plus de responsabilités, augmenter son champ d’activités auprès des patients et ainsi de suite.

Mais au final, beaucoup d’aides-soignantes hésitent et baissent les bras Pourquoi ? Souvent parce que reprendre des études fait peur. Sachez qu’un arrêté datant du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’Etat d’infirmier autorise l’accès à la formation infirmière pour les aides-soignantes.

Il est comparable à une validation des acquis de l’examen. Il permet de bénéficier d’une dispense d’une petite partie de la formation infirmière.

Nous allons tout vous expliquer aujourd’hui et vous donner tous les détails pour devenir infirmière lorsque l’on est aide-soignante.

La validation des acquis de l’expérience

La VAE (validation des acquis de l’expérience) permet d’obtenir tout ou une partie d’un diplôme en faisant valoir votre expérience professionnelle en rapport avec ce diplôme.

Comme vous pouvez vous en douter, pour obtenir le diplôme d’Etat d’infirmier, il faudrait justifier de la réalisation durable d’actes infirmiers. Mais la profession d’infirmière est réglementée et son exercice est bien sûr soumis à l’obtention du diplôme d’Etat.

Même si au cours de votre expérience professionnelle en tant qu’aide-soignante vous avez été amené à faire des soins infirmiers pour rendre service ou pour soulager les infirmières, cette expérience n’est pas reconnue comme légitime. Elle peut même vous causer des ennuis pour exercice illégal de la profession d’infirmière.

Le Ministère de la santé est assurément conscient que les AS ont une expérience professionnelle très riche et particulière et que leur entrée dans le secteur infirmier doit emprunter un parcours spécifique qui mettre en valeur leur expérience professionnelle en tant qu’aide-soignante.

Le Ministère de la santé a donc créé un examen d’admission spécifique réservé aux aides-soignantes en s’inspirant de la VAE.

L’examen d’admission spécifique

Il ne s’agit pas d’un concours d’entrée mais bien d’un examen d’admission. Il faut justifier de 3 ans à temps plein d’exercice professionnel en tant qu’aide-soignant pour en bénéficier.

Cet examen dure 2 heures et consiste à l’analyse écrite de 3 situations professionnelles. Il a pour but d’évaluer l’aptitude à poursuivre la formation et notamment les capacités d’écriture, d’analyse, de synthèse et les connaissances numériques.

Normalement il faut avoir une note de 15/30 pour être admis. Mais le nombre de places étant de 20 % au maximum de l’effectif total des admis, il vaut mieux viser la meilleure possible pour être certain d’être reçu et d’être admis en IFSI.

Être admis en IFSI avec cet examen va permettre de bénéficier d’une dispense partielle de scolarité. Il valide votre expérience professionnelle et vous donne par équivalence la validation de trois unités d’enseignement qui sont au programme et il vous dispense du premier stage en semestre 1.

Est-ce plus facile ?

On pourrait être tenté de penser que cet examen est facile mais c’est loin d’être le cas. Les aides-soignantes devront au travers de leur copie montrer leurs connaissances professionnelles, théoriques comme pratiques.

Il est donc important de bien s’entraîner à cet examen et de ne pas le prendre à la légère.

Autres infos

Si vous n’avez pas trois ans d’expérience professionnelle en tant qu’aide-soignante, vous ne pouvez pas passer cet examen d’admission spécifique. Vous pouvez alors soit attendre d’avoir l’expérience requise soit présenter le concours d’entrée IFSI comme tous les candidats classiques.

Commencez votre formation Aide Soignant dès maintenant !

Cours Minerve propose des formations reconnues par l’état pour devenir aide soignant, recevez gratuitement toute la documentation nécessaire à l’inscription en remplissant les champs ci-dessous :

 

Comment devenir aide-soignante militaire

Ce que vous allez apprendre aujourd’hui

  • Comment devenir aide-soignante militaire
  • Tout savoir sur le métier d’aide-soignante militaire

aide-soignant-militaire

Lorsque l’on pense à l’armée, on pense surtout aux armes, aux conflits, aux combats ou encore à la guerre. Mais autour de ceux qui combattent il y a un grand nombre de professionnels qui peuvent également être sur le terrain : cuisiniers, médecins, infirmiers ou….aides-soignantes.

Nous vous ouvrons les portes aujourd’hui d’un univers méconnu : celui d’aide-soignant militaire.

L’aide-soignant militaire en détails

Etre aide-soignante militaire, c’est exercer un métier d’une part réglementé par le code de la santé et d’autre part exercer un métier encadré par les dispositions du code de la défense propres à l’état de militaire.

Pour être aide-soignante militaire il faut d’abord être titulaire du diplôme d’Etat d’aide-soignant. Elle doit suivre ensuite une formation militaire initiale (FMI) qui a pour objectif l’intégration dans la communauté militaire et l’acquisition des connaissances militaires et techniques nécessaires pour occuper un emploi au sein du SSA (Service de santé des armées). La formation se déroule durant 4 semaines à Rochefort.

Une fois diplômée, l’aide-soignant militaire exerce son métier dans le milieu militaire au profit de la communauté de défense dans les sections hospitalières des Hôpitaux d’instruction des armées (SHIA) ou pour certains dans les Régiments d’instruction et intervention de la sécurité civile (RIISC).

L’aide-soignant pourra exercer un champ d’activités diversifiées en termes de pathologies rencontrées et de modalités d’exercice. Beaucoup d’aides-soignants peuvent être amenés à faire des opérations extérieures (OPEX).

Ils doivent donc être capables d’exercer leur métier dans des conditions exceptionnelles ou dangereuses. Le métier d’aide-soignante en zone de conflit impose l’acquisition et le maintien de capacités physiques, de qualifications militaires et linguistiques spécifiques.

De nombreuses activités incombent à l’aide-soignante militaire. L’acquisition de compétences supplémentaires est attendue des aides-soignantes militaires afin qu’elle soit capables de maîtriser son milieu d’emploi et de s’intégrer dans un dispositif de soutien sanitaire opérationnel.

Les qualités d’une aide-soignante militaire

Selon le témoignage d’une aide-soignante militaire, il faut avant tout avoir le sens du devoir et des prédispositions relationnelles et psychologiques.

Avoir le sens de l’écoute, une ouverture d’esprit et une certaine capacité à se remettre en question sont également des qualités que doivent avoir une aide-soignante militaire.

Patience, impartialité, disponibilité et une certaine capacité à se remettre en question font également partie des qualités.

Le travail d’une aide-soignante militaire

Vous ne serez pas forcément dans une zone de combat à soigner des militaires blessés comme on peut le voir à la télé.

Les patients peuvent être des enfants, des familles, civils ou en mission humanitaire.

L’aide-soignante militaire peut être un véritable soutien psychologique pour les personnes qui ont perdu de façon temporaire leur autonomie.

Elle fera comme dans le civil tout pour que le séjour du patient se passe dans les meilleurs conditions possible. Elle travaille bien sûr en étroite collaboration avec les infirmières et les médecins militaires.

Nos conseils

Si vous êtes en formation aide-soignante et que vous vouliez faire une carrière dans l’armée ou si vous êtes déjà aide-soignante et que vous voulez faire un virage dans votre carrière, voici nos conseils :

– N’hésitez pas à vous renseigner directement dans un hôpital militaire et ainsi avoir toutes les infos nécessaires sur ce métier trop méconnu encore

– Avoir une première expérience professionnelle est un plus pour s’engager dans cette voie

– Avoir de bonnes capacités physiques (encore plus que dans le civil)

– Etre autonome et faire preuve d’un esprit d’analyse est primordial. Si ce n’est pas votre cas, ce n’est pas être pas une voie professionnelle pour vous

Commencez votre formation Aide Soignant dès maintenant !

Cours Minerve propose des formations reconnues par l’état pour devenir aide soignant, recevez gratuitement toute la documentation nécessaire à l’inscription en remplissant les champs ci-dessous :

 

L’aide-soignante en service de psychiatrie

Ce que vous allez apprendre aujourd’hui

  • Le rôle de l’aide-soignante en psychiatrie
  • Les qualités nécessaires pour être aide-soignante en psychiatrie

aide-soignant-psychatrie

L’implantation des aides-soignantes en service de psychiatrie est récente et remonte aux années 1980. Avant cela, on ne trouvait que des infirmières et des médecins dans de telles structures.

Mais le nombre d’infirmières étant en constante diminution, le métier d’aide-soignante en service de psychiatrie est devenu un métier reconnu et plébiscité.

La psychiatrie est un domaine où l’aide-soignante a maintenant un rôle important. Elle est d’ailleurs incluse sous forme de stage lors de la formation d’aide-soignante. Nous vous disons tout aujourd’hui sur le rôle de l’aide-soignante en psychiatrie.

Le rôle de l’aide-soignant en psychiatrie

Les aides-soignantes en service psychiatrique ne sont plus seulement cantonnées aux seules fonctions d’hygiène (même si celles-ci ont encore une part importante) :

– L’aide-soignante doit entretenir l’espace de vie du malade

– L’aide-soignante s’occupe des tâches hôtelières. Il peut arriver dans certaines structures que les patients participent à ces tâches

– L’aide-soignante effectue les soins de nursing (toilettes, repas). Ces moments sont riches en échanges et permettent un lien privilégié entre l’aide-soignant et le patient

– L’aide-soignante peut accompagner le patient le temps d’une consultation ou lors d’une sortie hors de la structure. Mais dans le seul cas où le patient n’est pas hospitalisé sous contrainte et lorsqu’il n’y a pas de risques d’agitation

– L’aide-soignant accueille le malade lors de son arrivée avec l’infirmière. Elle s’occupe de toute la partie hôtelière mais elle informe également le patient sur le fonctionnement du service et lui fait visiter les lieux. Ce premier contact est important et l’aide-soignante restera ainsi un repère pour le patient

– L’aide-soignante participe aux activités à visée socio-thérapeutique et aide le patient dans la réalisation de son activité

– L’aide-soignant apporte par sa présence une ambiance plus sereine et permet ainsi de limiter les crises d’angoisse des patients

Depuis quelques années, l’aide-soignante dans un tel service est devenue une professionnelle reconnue.

Elle est une écoute rassurante pour le patient qui lui parle plus librement de ses inquiétudes par exemple car dans ces moment-là, il ne se situe pas dans un registre de soin. Les patients sollicitent plus facilement une aide-soignante qu’une infirmière car elle est beaucoup plus proche d’eux.

Les qualités d’une aide-soignante en psychiatrie

L’aide-soignante dans un tel service doit avoir des capacités d’écoute exceptionnelles. Cette écoute se situe au niveau du discours du patient mais également au niveau des différents indices du contexte, du comportement du patient de ses attitudes corporelles et gestuelles.

L’attitude dans la relation soignant/soigné doit être adaptée à la personne et aux situations particulières : compréhension de l’autre, diplomatie, patiente, tact, disponibilité, fermeté, mettre des limites. L’aide-soignante doit savoir gérer son émotion, avoir une attitude neutre et connaître ses propres limites.

Elle doit également être capable d’observer, d’analyser une situation, de faire face à une demande ou une attitude et bien sûr de transmettre des informations aux infirmières et aux médecins.

Conclusion

La psychiatrie se situe dans un champ relationnel et l’approche est centrée sur la personne soignée et non sur la tâche que l’état du patient nécessite. Les situations sont à redéfinir, à élaborer à chaque instant, en fonction du patient, de son état de souffrance du moment.

L’aide-soignante doit s’adapter à des situations et des comportements variables et imprévisibles.

Commencez votre formation Aide Soignant dès maintenant !

Cours Minerve propose des formations reconnues par l’état pour devenir aide soignant, recevez gratuitement toute la documentation nécessaire à l’inscription en remplissant les champs ci-dessous :

Vous l’aurez compris, le rôle de l’aide-soignante en unité d’admission de psychiatrie générale nécessite des compétences particulières qui s’acquièrent avec l’expérience.

Travailler à l’étranger en tant qu’aide-soignante

Ce que vous allez apprendre aujourd’hui

  • Où travailler à l’étranger
  • Les différentes formalités à faire avant de partir

aide-soignant-etranger

Vous avez envie de parcourir le monde, de voyager, d’acquérir une grande expérience ? Vous venez de finir votre formation d’aide-soignante et vous envisagez de travailler hors de nos frontières ? Vous ne savez pas quelles démarches il faut réaliser, si votre diplôme est valable dans tous les pays et vous vous posez de nombreuses questions ?

Nous allons y répondre dans cet article dédié au travail à l’étranger pour une aide-soignante.

Où travailler à l’étranger ?

On ne peut malheureusement pas travailler dans n’importe pays lorsque l’on est aide-soignante. Le diplôme n’étant pas valable partout en dehors des frontières françaises.

Beaucoup de jeunes diplômés envisagent de partir à l’étranger avec notamment une organisation humanitaire. Mais sachez que la plupart d’entre elles ont surtout besoin d’infirmières et de médecins.

Si le Canada vous tente, sachez que c’est un pays qui manque cruellement d’aide-soignantes. Par contre, on ne dit pas là-bas aide-soignante mais préposée aux bénéficiaires. Il faut faire une demande d’équivalence de diplôme auprès du centre d’expertise sur les formations acquises hors du Québec. Pour remplir ce dossier, vous devrez fournir les photocopies de votre diplôme mais également des attestations d’employeurs. Cette demande peut prendre plusieurs mois avant d’avoir une réponse (6 mois en moyenne).

Au Luxembourg et dans la plupart des pays de l’UE, une aide-soignante en possession d’un diplôme français doit obligatoirement le faire homologuer par le pays concerné et plus précisément par le Ministère de l’Education nationale de la formation professionnelle du pays.

Pour avoir cette homologation il faut généralement faire un ou plusieurs stages. Au Luxembourg par exemple, la formation d’aide-soignante française est reconnue comme incomplète car la durée des études là-bas est beaucoup plus longue.

Ce que vous devez savoir

Il est important pour travailler dans un pays étranger en tant qu’aide-soignante d’en maîtriser la langue à l’écrit mais surtout à l’oral. Si ce n’est pas le cas, vous ne trouverez pas de travail, c’est certain. Certains pays demandent même que vous maîtrisiez plusieurs langues.

Attention avant de partir à l’aventure de bien vous renseigner car dans certains pays le métier d’aide-soignante n’existe pas.

Si certains pays sont très ouverts aux étrangers, c’est loin d’être le cas pour tout le monde. Par exemple, il est très difficile d’obtenir une carte de travail aux Etats-Unis.

Certains pays comme le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon ont signé avec la France des accords bilatéraux de « Programme Vacances Travail » (PVT) afin que les ressortissants puissent financer leur séjour en travaillant. Ce « visa » s’adresse aux 18-30 ans (35 pour le Canada) et il permet de rester un an dans le pays. Mais ce visa n’est délivré qu’une fois par personne et par pays.

Ce dispositif peut également s’appeller « Visa Vacances Travail » ou « Working Holiday Visa » pour les anglophones. L’avantage est que vous n’avez pas besoin de trouver un emploi avant de partir. Vous partez avec un visa de travail ouvert ce qui veut dire que vous pouvez chercher du travail une fois sur place.

La libre circulation des travailleurs est prévue par l’Union Européenne et la Suisse. Il vous sera très certainement demandé des justificatifs qui devront être traduits par un traducteur assermenté. C’est notamment le cas pour l’Allemagne, la Grèce, l’Italie, Monaco, la Norvège, la Suisse, l’Angleterre et la Belgique.

Conclusion

Nous vous conseillons de bien vous renseigner avant d’envisager d’exercer votre métier à l’étranger. Il faut également que vous soyez patient car les démarches peuvent être très longues et fastidieuses.

Commencez votre formation Aide Soignant dès maintenant !

Cours Minerve propose des formations reconnues par l’état pour devenir aide soignant, recevez gratuitement toute la documentation nécessaire à l’inscription en remplissant les champs ci-dessous :

1

Le témoignage de Marie, aide-soignante dans un hôpital de la région bordelaise

Ce que vous allez apprendre aujourd’hui

  • Un témoignage intéressant
  • Les qualités qu’il faut avoir pour être aide-soignante

infirmiere-hopital

Je suis aide-soignante dans l’un des plus grands hôpitaux de Bordeaux. Je fais ce beau métier, car oui il est beau dans tous les sens du terme, depuis une vingtaine d’années. J’aime partager mon expérience et faire connaître mon métier à toutes celles et ceux qui envisagent de suivre une formation d’aide-soignant.

Pourquoi j’ai choisi ce métier

J’ai choisi ce métier parce que j’aime la relation aux autres. Beaucoup de mes collègues vous répondront la même chose. Au cours de mon expérience, je me suis rendue compte que l’on avait toutes ou presque choisies ce métier pour les mêmes raisons.

J’aime donner de ma personne pour aider mais aussi accompagner les patients durant leur séjour. Mais j’aime aussi le fait qu’ils nous le rendent bien. Alors bien sûr ils m’apportent beaucoup au niveau professionnel mais également au niveau personnel. J’ai toujours su que je ferais ce métier. J’aime les gens et j’aime ce sentiment d’être utile pour quelqu’un d’autre.

Ma journée type

Mon rôle est avant tout d’aider les patients dans les gestes de la vie quotidienne qu’ils ne peuvent plus faire. La journée commence toujours par un bonjour, un sourire de ma part au patient, lui demander comment il va, lui prendre sa tension ou sa température etc. C’est aussi faire sa toilette selon son degré d’autonomie ou lui apporté à manger. Bref, c’est faire en sorte qu’il soit bien.

Mon rôle est de veiller à son confort et à ce qu’il ne lui manque rien. Mais c’est aussi le motiver et le stimuler pour qu’il fasse quelque chose qu’il n’a pas envie de faire.

Mes conseils à ceux qui envisagent de faire ce métier

La première chose que j’ai envie de dire à celles et ceux qui veulent faire ce métier est que l’on ne s’engage pas dans cette voie pour la simple raison qu’il y a des débouchés et parce qu’il y a du travail dans ce secteur. Pour être aide-soignante, il faut vraiment être motivé, le vouloir, être dévoué et surtout aimer ce métier.

C’est un très beau métier mais un métier difficile. Les horaires sont décalés, on peut travailler le week-end, les jours fériés. Et puis c’est un travail qui prend une réelle place dans la vie. Et notamment dans sa vie personnelle. Lorsque je rentre chez moi, il est très fréquent que je pense à tel ou tel patient ou que je me demande si demain il sera encore là.

Ma conclusion

Je suis fière d’être aide-soignante. Certaines de mes collègues préfèreraient dire qu’elles sont fières d’être infirmières plutôt qu’aides-soignantes. Pas moi. Je le crie et je le clame haut et fort. J’aime mon métier, j’aime ce que je fais au quotidien, j’aime la relation que j’ai avec mes patients et avec leur entourage. Je ne changerais de métier pour rien au monde. Et ça fait 20 ans que ça dure.

Et pour terminer, je dirais que ma plus belle récompense c’est lorsqu’un patient s’en va et qu’il me dit merci ou qu’il me serre dans ses bras. Il y a même des patients qui reviennent nous faire un petit coucou au bout de quelques semaines. Et ça, ça nous touche et ça nous fait du bien. Et nous prouve que l’on fait l’un des plus métiers du monde !

Commencez votre formation Aide Soignant dès maintenant !

Cours Minerve propose des formations reconnues par l’état pour devenir aide soignant, recevez gratuitement toute la documentation nécessaire à l’inscription en remplissant les champs ci-dessous :

Le rôle de l’aide-soignant au service des urgences et en réanimation

infirmiere-service-urgence

Ce que vous allez apprendre aujourd’hui

  • A quoi consiste le rôle de l’aide-soignant aux urgences
  • L’avis de deux aide-soignantes faisant ce métier

aide soignante urgence

Être aide-soignante aux urgences, ce n’est pas toujours facile au quotidien. Ce n’est pas facile dans aucun service, mais il est vrai qu’aux urgences, c’est un peu différent.

Tant au niveau du rythme que du travail à faire. En réanimation, les patients ont le plus souvent des pathologies graves comme une détresse respiratoire, un coma ou un infarctus du myocarde.

C’est pourquoi nous vous détaillons aujourd’hui ces postes qui demandent une grande condition physique.

Ses principales missions

Que ce soit en ranimation ou aux urgences, l’aide-soignante doit participer à l’accueil des personnes mais également à leur entourage.

Elle va également participer aux transports des patients, aux soins d’hygiènes et de confort.

Elle travaille bien sûr en collaboration avec l’infirmière. Ces missions lui demandent des compétences très variées et dans de nombreux domaines.

Le rôle de l’aide-soignante en détails

Aux urgences ou en réanimation, l’aide-soignante doit :

  • Etre disponible et accueillant pour les patients
  • Savoir écouter les personnes et recueillir les informations importantes pour la prise en charge
  • Avec l’infirmier, l’aide-soignante participe à l’accueil et à l’installation des patients. Elle aide également à la mise en place des appareillages de surveillance, à l’installation selon la pathologie tout en veillant au confort du patient
  • Elle assure les soins d’hygiène, d’alimentation et d’hydratation du patient tout en tenant compte des prescriptions de l’infirmière
  • Elle doit être capable de remarquer le moindre changement dans l’état physique ou comportemental du patient (expression orale, regard, coloration de la peau, faciès etc.)
  • Elle doit faire preuve d’une grande réactivité dans la transmission des informations lors de changements d’état
  • Elle aide l’infirmière à la pratique des soins
  • Elle surveille les appareils et signale tout dysfonctionnement
  • Elle s’occupe de la préparation des box et de leur entretien
  • Elle écoute le patient et son entourage
  • Elle assure le transport du patient pour aller à la radio par exemple. Elle peut également être amenée à transporter des examens en urgence au laboratoire
  • Elle participe à la continuité de la prise en charge des personnes avec des transmissions écrites et orales

Des témoignages d’AS en service d’urgences

Lorsque l’on regarde certains blogs d’AS qui racontent leur expérience dans un service d’urgence, on peut se dire que c’est un poste difficile, fatigant et peu valorisant.

Mais comme tous les postes, il a des avantages et des inconvénients, il y a des avis pour et contre, des personnes qui adorent les urgences ou la réanimation alors que d’autres ont l’impression de faire le sale boulot.

Voici quelques témoignages qui prouvent que d’un hôpital à l’autre, tout ne se passe pas de la même façon :

Un témoignage : « Suite à une mutation je suis désormais dans un service d’urgences depuis 2mois. J’ai pu voir comment était organisé un SAU et désormais qqe chose me choque : je ne comprends pas trop le rôle des AS ds un service de ce type !!!! N’ayant pas de brancardier ni de coursiers, le rôle des AS dans mon SAU se limite aux brancardages des patients pr les radios, scan, echo, irm et pour les transferts dans l’hôpital ainsi que pour acheminer nos bilans sanguins dans les différents labos. Cependant j’ai l’impression qu’ils se cachent derrière ce poste car par conséquent ils ne sont jamais au contact du patient !!!Une fois ce travail effectué, ils retournent auprès de leurs collègues à l’accueil administratif à l’autre bout des salles de soins. par conséquent, jamais personne de dispos pour un change, un bassin, ou même déshabiller une personne.Pour les repas, c’est aussi le même pb, il faut sans cesse les relancer pour qu’un petit déjeuner soit servi au patient, en priorité aux diabétiques !!!Le vestiaire des patients est seulement fait par l’ide, ainsi que le stock de matériel, le nettoyage des box, de la salle de plâtre.Un AS ne doit-il pas « aider » le soignant ????!!!!!Dites-moi comment ça se passe chez vous svp, que font les AS ??? »

Un autre témoignage : « Là où je travaille, le jour nous sommes 2 IDE et 1 AS le jour et 1 couple IDE/AS la nuit.L’AS fait les changes, les chambres, les poubelles, les BU, parfois les dossiers quand les IDE sont surbookés.Il faut dire qu’on a 1 brancardier dans notre équipe.Mais quand les ASH et brancardier ou ambulanciers sont occupés, il m’arrive de brancarder jusqu’à la radio.Une AS est très utile aux Urgences, car on reçoit de plus en plus de personnes âgées et puis on ne peut pas gérer les prise de sang, pose de perfusion, pose sonde urinaire, faire les dossiers de transfert, surveiller les scopes, et répondre aux sonnettes, faires les changes, faire les BU. »

Conclusion

L’aide-soignante aux urgences et en réanimation demande une grande capacité d’adaptation. Chaque patient a une pathologie différente et chaque journée ne se ressemble pas. Si vous recherchez un poste où l’adrénaline est constante, c’est un poste qui peut vous convenir !

Commencez votre formation Aide Soignant dès maintenant !

Cours Minerve propose des formations reconnues par l’état pour devenir aide soignant, recevez gratuitement toute la documentation nécessaire à l’inscription en remplissant les champs ci-dessous :

aidesoignante